Reconfigurer la parenté

ETHOPOL était présent au colloque international « Espaces pluriels de la parenté. Approches ethnographiques des (re) configurations de la parenté publiques et privées dans le monde contemporain », qui s’est tenu à l’université de Liège du 19 au 21 octobre 2016. Jérôme Courduriès y a proposé une communication sur le thème « Fabriquer des pères et des mères sur la base d’une gestation pour autrui ».

En voici le résumé :

La paternité et la maternité sont fondées par le droit mais aussi par l’action d’autrui qui, dans la parenté, dans l’entourage et au-delà, reconnaît les parents en tant que tels. De surcroît, elles s’élaborent aussi sur la base d’autres ingrédients, très divers, et qui ne sont pas tous nécessaires, tels que le partage d’une substance commune (par les gènes et / ou la nourriture), l’énonciation du désir d’enfant, les faits de l’éducation, le care parental, l’amour parental et filial. Lorsqu’une famille se constitue grâce à l’intervention de tiers dans la procréation, se pose, de façon renouvelée, la question de la fabrication du lien entre l’enfant et les parents qui ont souhaité sa venue au monde et l’élèvent.

Grâce à l’examen de situations vécues par des couples français ayant eu recours à une gestation pour autrui à l’étranger, nous proposons d’éclairer la manière dont se fabrique le lien entre les parents d’intention et leur enfant. Considérant que la femme qui a porté l’enfant contribue également à fabriquer des parents, nous examinerons la nature de sa relation avec la mère et le père, dans le cas d’un couple parental hétérosexuel, avec les pères, dans le cas d’un couple parental gay. Quelle relation ont-ils noué pendant la grossesse ? Comment se sont déroulés les instants autour de l’accouchement, moment fondateur dans l’idéologie de la maternité ? Cette communication s’attachera particulièrement à analyser les gestes autour de l’enfant, dans ses premiers instants, alors qu’il a été mis au monde par une femme qui n’en sera pas la mère. Ces questions nous permettront, en prenant la gestation pour autrui comme un point d’observation privilégié, de réfléchir à la manière dont se fabrique aujourd’hui les liens maternel et paternel.

Nous nous appuierons, pour cette communication, sur le matériau recueilli à l’occasion d’une recherche à caractère ethnographique et toujours en cours, auprès de 25 familles composées par des couples gays et hétérosexuels.

Lien vers le programme du colloque

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *