Quand les mots de la biomédecine remplacent les mots de l’amour

Quand les mots se font techniques et les images décryptent le biologique, l’intimité du couple se modifie aussi. Les nouvelles formes d’expression du désir d’enfant passent par un langage technique, par une terminologie des sciences biomédicales, par des temporalités propres aux institutions hospitalières, par une administration de corps et d’émotions finement orchestrée. Rien n’est laissé à l’hasard, la maîtrise de l’amour se fait ici au microscope.

Examens, spermogramme, consultation gynécologique, consultation andrologique, traitement hormonal, stimulation ovarienne, surveillance du développement des follicules dans les ovaires, ponction des ovocytes, injection intra-cytoplasmique de spermatozoïde, fécondation in vitro et transfert de l’embryon dans l’utérus, dosage de bêta HGC (Hormone Chorionique Gonadotrope), suivi de l’implantation des embryons…

P1010362 P1010361 P1010370 P1010374

 

Comment comprendre l’assujettissement des individus à ce monde biotechnologique ? Et comment les sensibilités des personnes insérées dans un protocole de procréation médicalement assistée en sont affectées ? La médicalisation de la sexualité, qui est reproductive seulement pendant une petite phase de la vie sexuellement active des individus, a introduit un riche vocabulaire pour décrire les étapes de la procréation. La technologisation du langage du désir et la scansion imagée de ses phases s’incorporent à l’histoire du couple, homme et femme, engagé-e-s dans un parcours hospitalier de procréation assistée.

Ainsi le désir d’enfant se transforme en projet technique dont les étapes se jalonnent de manière précise et administrative, gouvernées par l’institution hospitalière. Le désir est alors re-baptisé par le nom de «tentative », l’amour devient « volonté », l’union sexuelle est « ciblée » et les effets sont observés de près. L’attention se déplace du couple aux gamètes. La rencontre ne semble plus se faire entre deux individus, mais entre cellules. Elles sont placées au microscope, leur images sont agrandies, amplifiées et viennent substituer celles des visages du futur père et de la future mère. Les gamètes sont les principaux sujets de cette histoire, dirigée par une équipe médicale qui orchestre les temps, les consultations, les discussions.

Comment le couple élabore-t-il ce processus ? Comment l’intègre-t-il aux mots de l’amour ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.