Making Parents : retour sur le panel de l’AAA

En novembre dernier, j’ai eu la chance de participer à la 114e rencontre internationale de l’American Anthropological Association à Denver. Parmi un vaste choix de panels, conférences et ateliers de discussions, la session organisée par Charlotte R Faircloth de la Roehampton University et Zeynep Gurtin de l’Université de Cambridge mérite d’être soulignée ! Le panel, intitulé « Making Parents : assisted reproduction and parenting culture in contemporary society », a vu la prof. Marcia Inhorn de la Yale University comme discutante.

Le panel a réuni des présentations théoriques et d’autres ethnographiques. L’ensemble des papiers a exploré la manière dont les cultures contemporaines de la parenté sont empreignées de technologie et, à l’inverse, la manière dont les technologies contribue à modifier (de l’anglais to shape) ces mêmes cultures parentales. Un des paradoxes observés est que malgré les tentatives manifestes de créer des liens et des relations, les individus (pris dans la double logique des technologies reproductives et des activités parentales, de l’anglais parenting) ont un sentiment croissant de ségrégation et d’isolement. À côté de cela, la question non résolue quant à qu’est-ce qu’est le « naturel », qui est responsable des choix et le fait que les décisions se font sur la base des « résultats », tout cela renforce les individus dans leurs positions de responsabilité (accountability). Le fait de non avoir des enfants devient un « problème » et la supposée expertise prend la forme d’un combat.

Parents et non-parents deviennent de la même manière non seulement intimement familiers avec les significations problématisées et socialement acceptées de la reproduction, mais sont eux-mêmes engagés dans une renégociation discursive et pratique par leurs stratégies de création des liens familiaux.

Ce panel a eu le mérite de mettre en lumière comment les valeurs et les intérêts se révèlent parfois contradictoires dans l’attitude contemporaine vis-à-vis de la reproduction et du devenir parent.

 

Au-delà de la richesse des présentations, j’ai beaucoup apprécié la quantité d’informations transmises, la circulation et la mise en commun des sites thématiques ainsi que les suggestions bibliographiques. Sur ce point particulier, je mentionne trois interventions qui ont retenu particulièrement mon attention.

Katharine Dow de l’University de Cambridge, historienne, a proposé de reconstruire, à travers des images d’archives et des écrits personnels du journal intime de Mme Brown, l’histoire de la première fécondation in vitro dans Royaume-Uni, en 1978 par le couple Brown. La maison d’édition de la Princeton University vient de publier son ouvrage Making a Good Life: An Ethnography of Nature, Ethics, and Reproduction qui inspirera certainement les chercheurs et chercheuses françaises travaillant sur ce sujet !

Merve A Goknar, chercheuses et activiste turque, a présenté sa recherche conduite en Turquie portant sur les expériences d’être sans enfant (childless). Etant le choix d’une vie sans enfant très rare dans ce contexte, le fait de vivre sans enfant (de l’anglais childlessness) est considéré – et vécu – comme une incapacité (inability). Cette incapacité porte attente, tant aux hommes qu’aux femmes, à réaliser pleinement la propre identité de genre. Les sentiments sont analysés dans son ouvrage Achieving Procreation. Childlessness and IVF in Turkey.

Enfin de Marcin W. Smietana de l’University de Berkeley, California et l’Université de Cambridge, UK a présenté sa recherche en cours sur les hommes homosexuels devenant pères en Europe à travers la gestation transnationale à distance (transnational gestational surrogacy). Il montre comment les pratiques de « mères porteuses » (surrogates) dans les Etats-Unis aident à normaliser le parcours de création des liens de parenté des hommes homosexuels à travers la technique. Ce chercheur questionne notamment ses interviewés quant à la notion du « normal » et celle de « queer » dans leur démarche de création d’une famille. Marcin W. Smietana montre que les pères homosexuels optent très nettement pour une normalisation pragmatique (familiarization) plus que pour un activisme queer et une vie expérimentale. Il offre d’ailleurs des sites qui sont bien utiles pour qui se penchent sur l’étude de ces questions :

www.surrogarts.eu

www.menhavingbabies.org

www.mybellyyourarms.blogspot.com

 

Bonne lecture !

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.