L’ADN présidentiable. Le cas Ali Bongo.

Que cherche-t-on dans l’ADN du géniteur ? Un père ? Une origine ? Une maladie ? Faire valoir une compensation économique ? Loin de se contrarier, ces différents questionnements participent aux reconfigurations des conceptions de la paternité contemporaine au cœur de l’enquête menée par Mélanie Gourarier sur les usages des tests ADN de paternité. Pour illustrer la façon dont des incertitudes relatives à la parenté sont imbriquées avec d’autres enjeux, plusieurs procès – largement médiatisés pour ce qu’ils touchent à des personnages publiques – participent à faire de l’ADN la clé d’énigmes à la fois familiale, judiciaire et politique. L’affaire Ali Bongo en est un cas exemplaire.


C’est une histoire de reconnaissance de paternité qui menace aujourd’hui le pouvoir en place au Gabon. L’affaire remonte à 1995 quand Joyce Ondo, lycéenne gabonaise, rencontre Ali Bongo, député de Bongoville et fils du président Omar Bongo. Après plusieurs années de relation clandestine, en 1998, la jeune femme met au monde une petite fille, Amissa que refuse de rencontrer et de reconnaitre son père putatif. À l’aube de la majorité de sa fille, Joyce Ondo qui réside depuis à Angers, entame une procédure en reconnaissance de paternité afin de rompre un silence qui se présente comme un secret d’état. L’ordonnance d’un test ADN de paternité, requis par les parties plaignantes, pourrait prochainement être adressé à la présidence du Gabon à Libreville.

L’histoire aurait pu s’arrêter aux colonnes de faits divers si l’enjeu de cette reconnaissance ne visait pas la légitimité à gouverner de l’assigné. Élu à la présidence de la République du Gabon en 2009, Ali Bongo fait depuis l’objet de rumeurs persistantes sur ses origines : il se murmure que l’actuel président aurait, enfant, été adopté par l’ancien président et qu’il serait originaire du Biafra. Or, en vertu de l’article 10 de la Constitution, les présidentiables doivent attester d’une ascendance gabonaise qui remonte à quatre générations. Si le test ADN de paternité devait être ordonné, la justice aurait alors les moyens de procéder à des examens comparatifs avec l’ADN des autres descendants d’Omar Bongo et sceller le destin politique actuel d’Ali Bongo.

Pour sensationnelle qu’elle soit, l’affaire révèle de façon particulièrement saillante les enjeux politiques des questions de filiation. La détermination des gènes «paternels » fonde ici la légitimité d’une position de pouvoir adossée à l’inscription dans une lignée d’hommes d’états et dans la Nation.

 

Billet rédigé par Mélanie Gourarier


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.