ADN sur la ville

trump-la-citrouille

Un an après son premier séjour d’enquête, Mélanie Gourarier, visiting scholar à NYU, est de retour à New York pour une mission de terrain et de recherche financé par l’ANR ETHOPOL.

Son travail s’axe sur l’usage des tests ADN de filiation dans le cadre des procédures de regroupement familial. Cette pratique, peu publicisée aux États-Unis comme à l’international, est pourtant courante depuis une dizaine d’années lorsque des résidents légaux souhaitent faire venir des membres de leur famille – leur(s) enfant(s) dans la plupart des cas – sur le sol étatsunien tandis que ces derniers demeuraient dans le pays d’origine du requérant. En dépit de l’existence d’actes de naissance, ils sont dirigés vers des centres spécialisés dans le prélèvement de l’ADN afin de se soumettre à une expertise génétique visant l’authentification des déclarations de filiation. De telles mesures reposent sur la suspicion de fraude à l’immigration qui pèse sur un certain nombre de demandes de regroupement familiaux issues, dans une écrasante majorité, de pays africains (Mali, Sénégal), caribéens (Haïti, Jamaïque, République Dominicaine), d’Amérique du sud (Honduras, Guatemala Salvador) ou encore d’Inde et du Pakistan.

L’enquête qui se déroule au sein d’un centre de prélèvement de l’ADN situé dans un quartier sud de Brooklyn majoritairement noir et hispanique connait, ces dernières semaines, une recrudescence inédite des demandes. Alors que le centre prenait en charge jusqu’à 20 demandes d’Immigration test hebdomadaire, il en a réalisé plus de 60 durant la dernière semaine d’octobre. Une telle recrudescence est un effet direct des élections présidentielles de 2016 et des déclarations inquiétantes émises à plusieurs reprises par le candidat Donald Trump sur les restrictions drastiques à prévoir en matière d’immigration. Les requérants, explicitement anxieux et plus inquiets qu’à l’habitude, entament en urgence leur demande de regroupement familial en attendant de suivre la phase finale des élections… Rendez-vous le 8 novembre.

 

(Billet rédigé par Mélanie Gourarier)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *