Des géniteurs ne sont pas des parents

Fin septembre 2016, plusieurs médias rapportaient la naissance d’un enfant au printemps dernier suite au recours à une technique d’assistance à la reproduction jusqu’ici inédite.

Un couple de Jordaniens auraient donné naissance au Mexique à un petit garçon conçu grâce à l’ADN d’une troisième personne. Ils avaient eu précédemment deux filles, atteintes du syndrome de Leigh imputable à une mutation de l’ADN des mitochondries, sortes de batteries au coeur des cellules. La mère était ce que les généticiens appellent une porteuse saine de la maladie. Afin qu’elle puisse donner naissance à un troisième enfant « sain », le médecin a extrait le noyau d’un ovocyte de cette femme et l’a implanté dans l’ovocyte d’une autre femme, porteur de mitochondries intactes, et dont le noyau avait été préalablement ôté. Cet ovocyte « modifié » a ensuite été fécondé in vitro par un spermatozoïde du père. En résumé, le petit garçon est issu de la collaboration de trois géniteurs : le père, qui fournit ses spermatozoïdes, la mère, dont on utilise un noyau ovocytaire et une donneuse qui fournit un ovocyte auquel on retire le noyau. Ce qui a conduit certains journalistes à donner à leurs articles des titres mentionnant un « enfant » ou un « bébé » « à trois parents ». On peut ainsi consulter les papiers publiés en ligne le 28 septembre 2016 par Le Monde, Le Figaro, Libération, etc. Certains journalistes ont cependant été plus prudents. La Voix du Nord titrait « Deux femmes et un homme : naissance du premier enfant issu de trois personnes ». Le même jour, une autre journaliste du journal Libération, dans la rubrique science, choisissait un titre encore plus proche des faits, « Un bébé avec deux parents mais trois gamètes ».

Cet événement vient confirmer deux tendances générales observables depuis longtemps (bien avant la découverte de l’ADN) :
– la prévalence, dans l’esprit de bien de nos contemporains et dans une grande partie des sociétés humaines (mais pas partout de la même manière, tout de même), des liens biologiques sur tout autre dans la définition des liens de filiation,
– et, ce qui n’est pas sans lien, la confusion entre des parents et des géniteurs.

De la même façon qu’il ne suffit pas de l’avoir conçu (et éventuellement mis au monde) pour être la mère ou le père d’un enfant, on peut être parent d’un enfant sans l’avoir conçu. De nombreuses situations familiales en attestent. Nous tous, spécialistes des sciences sociales ou non, les avons sous les yeux.

Finalement, les journalistes sont des personnes comme les autres. Dans un premier mouvement, ils peuvent être aveugles à leurs propres présupposés. Le rôle des anthropologues et des sociologues est précisément de juguler leurs préjugés et d’essayer d’observer les liens de parenté dans toute leur diversité.

(Billet rédigé par Jérôme Courduriès)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.