Hanoi, Ho Chi Minh Ville

Bibliothèque Nationale du Vietnam, janvier 2018

Le Vietnam a longtemps fait partie des principaux pays d’origine des enfants adoptés par les Français-es.

Une loi  adoptée en 2011 a substantiellement transformé les procédures nationales pour s’aligner sur les exigences éthiques de la Convention de La Haye. Au cours des dernières années, le pays proposait principalement à l’adoption internationale des enfants dits à « Besoins Spécifiques » ou « à particularités », c’est à dire des enfants – souvent jeunes – souffrant de pathologies identifiées.

J’y conduis une recherche depuis le 10 janvier dernier et jusqu’au 1er avril, à Hanoi et Saïgon, afin d’essayer d’appréhender la manière dont le monde de l’adoption a pu traiter ces situations délicates. Comment les parents – candidats ou réalisés – ont-ils été pris en charge pour formuler leurs choix et leurs possibilités? Comment les intermédiaires locaux ont-ils agi pour informer et réguler? De quelle manière les autorités compétentes – vietnamiennes et consulaires – intervenaient-elles dans la réalisation de ces projets parentaux particuliers?

Dernier volet de « l’ethnographie fragmentée du monde adoptif » que je mène depuis 2012, cette enquête conclut les terrains menés par le collectif Ethopol. Les premiers résultats devraient être présentés durant l’année, certainement à l’occasion de l’atelier scientifique que nous organisons en juin prochain et dont nous vous dirons davantage dans un post à venir 🙂

A très vite donc pour la suite.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *